Prolongement de la ligne B du métro : Labège n’a pas dit son dernier mot (La Dépêche du Midi 17 Mars 2016)

 

Sicoval et Toulouse Métropole reprendront-ils le dialogue sur la desserte de Labège?/ Photo DDM archivesLe Sicoval va proposer aujourd’hui à la Métropole la reprise des négociations sur la base de son projet : le prolongement de la ligne B de deux stations vers Labège.

Tendre la main puis, si cela ne marche pas, montrer les dents. Silencieux depuis deux semaines après la rupture des négociations avec Toulouse Métropole sur la desserte de Labège en métro, le Sicoval avait le choix entre deux attitudes et opte, finalement, pour chacune des deux. Selon nos informations, la communauté d’agglo du Sud-est va proposer aujourd’hui à Jean-Luc Moudenc, président de la Métropole, de reprendre le dialogue et cela sur la base du projet Sicoval : le prolongement de la ligne B de deux stations, au Parc technologique et à l’INPT, au lieu des cinq initiales, pour rejoindre la troisième ligne.

Cette proposition, Jacques Oberti, le président du Sicoval, y a cru jusqu’au bout. Et il a bien l’intention de prouver encore, chiffres à l’appui, qu’elle «présente du sens», comme l’affirme son entourage. «Nous voulons démontrer que ce projet n’est ni un caprice, ni un luxe.» Fréquentation et surtout coût : le Sicoval veut poser les chiffres sur la table. Et convaincre.

Rapport de forces

Est-ce encore possible? La voie paraît bien étroite : la proposition, certes étudiée pendant les négociations, d’un coût estimé plus de 200 M€ par la Métropole, n’a jamais recueilli l’aval de la majorité politique qui a émis, elle, l’idée d’un téléphérique (30 à 40 M€) pour relier Parc technologique et INPT où la 3e ligne passerait pour atteindre Labège-Innopole. Aujourd’hui, les positions paraissent toujours aussi éloignées. Et c’est le poids éventuel de l’opinion publique qui est appelé à la rescousse. Un levier que Jean-Luc Moudenc compte aussi exploiter (lire ci-contre).
Si cette première phase échoue, le Sicoval envisagerait d’ores et déjà le rapport de forces selon des formes qui resteraient à trouver. Comme à son habitude, il pourrait utiliser la communication tous azimuts. On peut imaginer ensuite une guérilla administrative pour retarder l’avancée de la troisième ligne.


La campagne de com de Jean-Luc Moudenc

La bataille de l’opinion : après le vif désaccord entre Toulouse Métropole et Sicoval sur le prolongement du métro jusqu’à Labège, c’est bien de cela qu’il s’agit. Après les 50 000 tracts annoncés par le Parti socialiste, lundi, pour défendre le projet, Jean-Luc Moudenc, le président de la Métropole, prépare lui aussi, selon nos informations, une vaste campagne de communication. Le métro à Labège oui, mais avec la troisième ligne : voilà le thème qui sera décliné par la mairie et le Syndicat mixte des transports en commun début avril.

Pour partager cette publication :
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone