La cantine pour tous ?

Conseil Municipal du 26 Juin 2014
Question Orale posée par Bérengère Doerler pour le GGR

Bérengère DoerlerMonsieur le Maire,
En septembre 2012, vous avez pris la décision brutale d’arrêter dans les écoles de Castanet, de proposer le choix aux familles entre différents types de repas pour leurs enfants , choix mis en place depuis plus de 10 ans par le Sivurs sans aucun problème de fonctionnement Et cela, sans préavis, alors même qu’en juillet de la même année, vous aviez signé un contrat avec toutes les familles, laissant ce choix possible
Vous vous souvenez de l’émoi provoqué par cette décision, et du désarroi dans lequel vous avez plongé certaines familles qui n’ont d’ailleurs pas remis leurs enfants dans les cantines depuis cette époque. Vous vous souvenez aussi de la stigmatisation que cette décision a créée aussi bien sur ces familles que sur les enfants. Rappelons que Castanet a été la seule commune du Sivurs à prendre une telle mesure , toutes les autres continuant à proposer les repas « différenciés », tels que préparés parle Sivurs.
Ce sujet est malheureusement réapparu d’actualité dans la presse (y compris nationale) lors des dernières élections municipales. Car la suppression des repas dits « différenciés » fait partie des premières mesures prises par certains maires FN fraichement élus. Et Castanet a été malheureusement citée en exemple dans ces articles.
Dans ce contexte, nous vous demandons de revenir dès la prochaine rentrée à la situation précédente, et de proposer à toutes les familles de Castanet le choix de repas pour leurs enfants tel que proposé par le Sivurs,
Nous vous proposons également de mener, avec le Sivurs, dont la structure doit d’ailleurs changer dans les prochains mois en application d’une décision préfectorale, une réflexion plus globale sur le type de nourriture que le futur Sivurs pourrait proposer aux enfants des écoles, en mettant l’accent sur l’importance de l’alimentation pour la santé, mais aussi pour le développement économique et écologique local. Et nous sommes prêts à nous investir pour « alimenter » (si j’ose dire) le débat et la réflexion sur ce sujet.

Pour partager cette publication :
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone